LES GRANDES MARQUES SE SOLDENT SUR INTERNET


Retour aux articles
Paru le 18 Novembre dans Bilan

La progression des achats sur Internet ouvre un marché peu connu en Suisse : les ventes à petits prix d'articles de luxe. 

Une étude de l'Université de Saint-Gall sur le e-commerce a montré l'engouement croissant des Suisses pour les achats en ligne. Son volume a augmenté de 38% en deux ans, passant de 4,24 milliards de francs en 2006 à 5,87 milliards en 2008. La part des acheteurs ayant progressé de 30% à 84% en dix ans. En 2009, les ventes devraient continuer à croître malgré la crise économique. Cependant, cette dernière a induit des changements dans les habitudes de consommation des internautes qui cherchent désormais les « bons plans » et autres astuces pour faire des économies. Certains sites se sont ainsi spécialisés dans la vente privée de produits de marque à prix réduits.

Ce concept déjà présent dans d'autres pays européens, ne couvrait pas le marché suisse. La demande pourtant existante a ainsi amené plusieurs entreprises à s'y lancer. Ces plates-formes fonctionnent à l'image d'un club. L'internaute doit s'inscrire sur le site pour avoir accès aux articles dont les réductions vont jusqu'à 80% Les membres sont ensuite avertis par e-mail des ventes qui ont lieu plusieurs fois par semaine. Les produits sont disponibles sur une courte durée et leur nombre est limité. Ce qui renforce le caractère attractif et exclusif des offres.

Pour les grandes marques ce concept représente un canal de distribution alternatif aux soldes. Elles peuvent y écouler leurs fins de stock et surplus en peu de temps, à moindre coût et de manière confidentielle. Leur image est préservée puisque seuls les internautes inscrits sont avertis des ventes. Cette nouvelle forme de distribution a déjà fait ses preuves ailleurs en Europe, puisqu'elle est régulièrement choisie par des enseignes de luxe telles que Dior, Yves Saint Laurent ou Dolce & Gabbana.

En ligne depuis octobre 2007, eboutic.ch est le premier portail dédié à la Suisse. Actuellement leader sur le marché, il est passé de 50 000 adhérents en décembre 2008 à 100 000 en avril dernier. Une progression qu'Anne Gorgerat Kall d'eboutic.ch explique par le fait que « ce marché commence seulement à se développer. Et comme les achats sur le Web deviennent de plus en plus importants, nous nous attendons à une croissance encore plus forte ». Son objectif étant de « pouvoir atteindre les 300 000 membres à la fin de cette année ». D'autres clubs de shopping, à l'instar de FashionFriends, se consacrent exclusivement aux vêtements et accessoires de mode. Mis en ligne en avril, le site s'est récemment implanté en Suisse romande. « Nous évaluons le marché national du shopping online entre 150 et 200 millions de francs. En octobre, nous avons atteint la barre des 60 000 membres sur la Suisse entière », indique David Burgener de FashionFriends ».

Un nouveau site de ventes privées, en ligne depuis un mois, est quant à lui spécialement dans les produits de luxe à prix discount. L'autre particularité de myprivateboutique.ch tient dans la combinaison d'une boutique en ligne permanente avec des ventes privées dédiées aux seuls membres. « Il s'agit du seul acteur sur le marché à offrir ces deux services à la fois et à concentrer son offre sur des articles de marque premium », explique Isabelle Campone Holdener en charge des relations publiques.
Le boom que connaît le commerce en ligne ajouté aux pressions sur le pouvoir d'achat semblent profiter aux ventes privées et promettent à ce marché encore peu développé en Suisse d'atteindre une importante croissance ces prochaines années.

Par Nadia Ben Saïd

Votre panier est actuellement vide
Vous êtes abonné.
Vous avez désactivé l'alerte.